DANCE CLASSIC A TELECHARGER ICI

REJOINT NOUS SUR TWITTER

Au début des années 70 à Londres, quatre jeunes musiciens, Tim Staffel, Brian May, Roger Taylor et Chris Smith forment un groupe de Blues Rock appelé Smile. Tim suit des cours dans la même école qu'un certain Farrokh Bulsara, jeune étudiant émigré d'origine indienne mais né à Zanzibar en Afrique. Ce jeune homme excentrique, également chanteur dans un groupe nommé Wreckage, devient rapidement un ami et aussi le plus grand fan de Smile. Après plusieurs démos enregistrées, Tim Staffel décide de quitter le groupe en 1970. Farrokh persuade alors Brian May et Roger Taylor, d’abord pas forcément convaincus de ses talents de chanteur, de poursuivre leur activité avec lui. Ensemble, ils se mettent à la recherche d’un bassiste et en février 1971, le jeune John Deacon est invité à rejoindre le groupe, qui se nomme dorénavant Queen. Farrokh change de nom et se renomme Freddie Mercury. L’histoire est en marche.

Queen signe très rapidement sur EMI Music et enregistre un premier album éponyme, qui voit le jour en 1973, puis l’année suivante, un second sobrement intitulé Queen II. Après avoir conquis la Grande Bretagne et tourné aux Etats-Unis, Queen sort un troisième album, Sheer Heart Attack. En 1975, Les anglais frappent très fort avec A Night At The Opera, succès commercial et considéré comme l’un des meilleurs efforts du groupe. Est présent sur l’album, le tube devenu universel Bohemian Rhapsody. Les albums s’enchaînent alors, d’abord A Day At The Races en 1976, puis News Of The World en 1977. Sur cet album figure, là encore, deux singles peut être encore plus connu que Bohemian Rhapsody, c’est-à-dire We Will Rock You et We Are The Champions. Utilisés et réutilisés à maintes reprises, pour des occasions aussi diverses que variées, partout à travers le monde, ces deux titres sont considérés comme des véritables hymnes Rock. Jazz est le septième album du quatuor et sort en 1978, suivit de The Game en 1980. La même année, le groupe enregistre la B.O du film Flash Gordon. En 1981, Queen donne un concert à São Polo devant 130000 personnes, un record à l’époque. En 1982, Queen change un petit peu de style et propose un Hot Space plutôt orienté Pop / R&B / Dance. On y retrouve le single Under Pressure, coécrit entre les quatre membres du groupe et David Bowie. 1984 voit l’arrivée de The Works, accompagné de nouveaux hits tels Radio Ga Ga, I Want To Break Free ou encore It's A Hard Life. La même année, Freddie et ses amis s’embarquent dans une tournée controversée en Afrique du Sud, alors frappée par l’apartheid. Le groupe essuie des critiques virulentes lors de leur retour en Angleterre. En 1985, ils jouent deux fois devant 325000 personnes à Rio, ce qui est un nouveau record, bien que cette fois il s'agit du festival Rock In Rio, et ils sont le premier groupe majeur à tourner en Amérique du Sud. Ils reviennent en Angleterre participer au Live Aid 85 à Wembley. Après avoir été vivement critiqué par la presse, Queen livre prestation phénoménale qui met tout le monde d’accord, et éclipse tous les autres groupes présents ce jour-là à Londres et partout dans le monde. Queen est bel était bien le plus grand groupe du moment.

En 1986, le groupe renoue avec ses racines Rock et propose A Kind Of Magic. Six des neufs titres présents sur cet album sont utilisés dans le film Highlander. Une tournée à guichets fermés est lancée et ils jouent deux soirs de suite à Wembley. Ces prestations mythiques sont enregistrées, mais ne sortent seulement en album qu'en 1992 sous le nom de Live At Wembley Stadium '86. 1989, les anglais reviennent avec The Miracle. Là encore, les singles I Want It All, The Invisible Man, The Miracle et Breakthru se chargent d’en faire un classique de la discographie du groupe. En 1991, l’album Innuendo marque un tournant pour le groupe. En effet, en plus d’avoir été un des plus gros succès de la discographie des anglais, il s'agit aussi du dernier album du groupe à paraître. Bien que Freddie et ses proches l'aient caché au public depuis plusieurs années, le musicien est lourdement atteint du VIH. Innuendo porte d’ailleurs bien son nom (sous-entendu). A travers tout l’album, on y ressent certaines émotions particulières en plus d’un sens de l’humour noir dans les textes de Freddie. Il continue tout de même d’aller de l’avant, malgré son état de santé qui se détériore rapidement. The Show Must Go On chante Freddie, comme un état d'esprit qui refuse de se laisser abattre par la maladie. On retiendra aussi le clip de Days Of Our Lives, ou l’on peut voir les dernières images vidéo d’un Freddie Mercury maigre et pâle, qui lâche un très émouvant « I still love you… » à la caméra en fin de clip. Le 23 novembre 1991, Freddie Mercury annonce à la presse qu’il est atteint du sida. Il décède le lendemain dans son appartement de Londres, entouré de ses proches. En avril 1992, un immense concert à but caritatif en hommage à Freddie est programmé à Wembley. Des dizaines de groupes y participent dont Metallica, qui assure la première partie avec Guns N Roses, Extreme et Def Leppard. Sont également présents d’autres gros noms de la musique tels que Zucchero, Tony Iommi, Seal, David Bowie, George Michael, U2, Robert Plant ou encore Liza Minnelli. Mango Groove joue en live de chez eux en Afrique du Sud et la performance est diffusée par satellite à Wembley. Des dizaines de milliers de personnes suivent ce concert en direct à la télévision. Il est considéré comme le plus gros concert Rock à but caritatif de l’histoire. En 1995, le dernier album de Queen, Made In Heaven sort malgré la disparition de Freddie quatre ans plus tôt.

May et Taylor décident de continuer l’aventure, avec plus moins de crédibilité, d’abord en 2004, en s’appropriant les services de Paul Rogers (Bad Company, Free). Ils renomment leur supergroupe Queen+Paul Rodgers, tournent à travers le monde et produisent un album, The Cosmos Rocks, en 2008. Puis Brian et Taylor proposent le poste de chanteur à plusieurs personnes, dont Adam Lambert et Robbie Williams. Pour beaucoup de fans, May et Taylor perdent toute crédibilité car ce line-up semble être une affaire de bénéfices plus qu'autre chose. John Deacon, qui prit sa retraite après la sortie de Made In Heaven afin de s’occuper de sa famille, ne voulut même pas entendre parler du Queen « post Freddie Mercury ». Il dira même après que Taylor, May et Robbie Williams eurent enregistrés une nouvelle version de We Are The Champions : « C’est une des chansons les plus importante de l’histoire, mais je trouve qu'ils l'ont gâché. Je ne veux pas être méchant, mais disons simplement que Robbie Williams n'est pas Freddie Mercury. Freddie ne peut être remplacé, et certainement pas par lui ! » La preuve que le Queen sans Freddie Mercury est loin de faire l’unanimité. Les trois musiciens sont toutefois restés des amis. 

Queen aura marqué à jamais l'histoire de la musique. Il a été le groupe précurseur des concerts en stade de grande taille et ont largement contribué à promouvoir ce style d’événement. Il est le groupe qui est resté le plus longtemps dans les charts britanniques, soit un total de 1322 semaines (plus de 25 ans) et devancent largement les plus grands comme The Beatles, Michael Jackson et Elvis Presley. On estime même que le groupe aurait ainsi vendu entre 150 et 200 millions d’albums à travers le monde (certains avancent même 300 millions), ce qui fait de Queen un des groupes qui a le plus vendus d’albums dans toute l’histoire de l’industrie du disque. Les anglais sont par ailleurs une influence majeure des groupes de Rock / Metal tels que Iron Maiden, Metallica, Guns N Roses, Mötley Crüe, Anthrax, Dream Theater, Nirvana, Nine Inch Nails, Smashing Pumpkins, Kansas, Journey, Red Hot Chili Peppersou Foo Fighters. Enfin, Queen est régulièrement cité comme influence majeure de la Pop, ancienne ou plus récente, de George Michael à Lady Gaga (qui tire son nom de la chanson Radio Ga Ga), de Katy Perry à Elton John jusqu'au King Of Pop, Michael Jackson, avec qui Freddie entretenait une amitié et admiration réciproque. Ils ont d’ailleurs enregistrés quelques chansons ensemble.

JASON DONOVAN

 

 

Jason Donovan est un chanteur et acteur australien qui démarre sa carrière artistique à l’âge de 11 ans en jouant un petit rôle dans la série Skyways. Série au sein de laquelle il va croiser une jeune débutante comme lui nommée…Kylie Minogue !

On le voit apparaître par la suite au sein des séries I can jump puddles en 1981 et Golden Pennies en 1985. Mais c’est en 1986 que tout s’accélère subitement lorsqu’il intègre le casting d’une toute nouvelle sitcom nommée Neighbours, au sein de laquelle il retrouve une nouvelle fois la jeune Kylie. Série qui va très rapidement devenir un phénomène de société dans le monde anglo-saxon et faire littéralement exploser leur notoriété.

Succès télévisuel confirmé en 1988 lorsqu’il apparait dans la série The Heroes, série qui se déroule lors de la Seconde Guerre Mondiale. Un succès en appelant un autre, il démarre en parallèle sa carrière de chanteur et c’est le trio magique Stock-Aitken-Waterman qui va lui offrir son premier hit notoire avec le titre « Nothing can divide us ».

Le même trio travaillant pour la jeune Kylie (qui, elle aussi, pousse désormais la chansonnette), il était inévitable que ces derniers ne leur proposent pas de chanter ensemble. C’est chose faite sur le titre « Especially for you », énormissime single qui sort la même année et qui va faire un véritable carton planétaire,faisant de ce duo l’un des couples parmi les plus glamour du moment.

Son premier album « Tenn good reasons » sort un an plus tard en 1989. Album qui fait à son tour un véritable carton planétaire et qui va produire trois nouveaux méga hits que sont « Too many broken hearts », « Sealed with a kiss » et « Every day (I love you more) ». L’artiste est alors au summum de sa popularité.

Nouvel album « Between the lines » en 1990. Album qui ne peut rivaliser avec son prédécesseur mais qui produit tout de même la bagatelle de 5 nouveaux tops hits planétaires, rien que ça ! Avec dans l’ordre « When you come back to me », « Hang on to your love », « Another night », « Rhythm of the rain » et « I’m doin’ fine ».

Malheureusement, la belle aventure tourne au vinaigre en 1992 lorsqu’il attaque en justice le magazine The Face qui l’accuse d’homoséxualité. Une action en justice qui se retourne contre lui car le public croit alors qu’il est ouvertement homophobe. Des affaires de stupéfiants le concernant remontent subitement à la surface, notamment de la consommation régulière de cannabis. Face à ces différentes accusations, il se réfugie alors dans la cocaïne, dérive qui ne va guère arranger son image quelque peu ternie.

Il revient en 1993 avec l’album « All around the world », album qui ne connaîtra qu’un succès somme toute modeste. Tout comme les singles qui en seront extraits. Des échecs à répétition dont il ne se remettra pas et qui scelleront définitivement sa carrière pourtant si prometteuse…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

Nothing can divide us 1988

Especially for you 1988

Too many broken hearts 1989

Sealed with a kiss 1989

Every day (I love you more) 1989

When you come back to me 1989

Hang on to your love 1990

Another night 1990

Rhythm of the rain 1990

I’m doing fine 1990

When it's all over 1990

RSVP 1991

Any dream will do 1991

Happy together 1991

She's in love with you 1991

Mission of love 1992

As time goes by 1992

All around the world 1993

A l'origine du Rap...

Sugarhill Gang est un groupe américain formé en 1979 à Englewood et composé de Michael Wright, henry Jackson et Guy O’Brien.

Peu d’infos les concernant si ce n’est qu’ils resteront dans l’histoire musicale des années 80 principalement pour l’énormissime titre « Rapper’s delight », titre qui restera dans l’histoire comme étant le premier single de Rap à entrer dans le Top40 du Bilbord Hot 100 américain.

Rien qu’à ce titre, l’on, se devait de leur consacrer cet article.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autre...) :

Rapper’s delight 1979

8th wonder 1980

Apache 1981

Showdown 1981

The lover in you 1982

The worl is out 1983

Kick it 1983

Troy 1984

Work, work the body 1985

COLDCUT FEAT. YAZZ & THE PLASTIC POLULATION

1988...un premier titre, et surtout un premier succès planétaire, qui l’envoie directement dans la cour des Grands. Elle ne pouvait rêver meilleur démarrage, c'est évident !

1988...une année 1988 absolument incroyable pour la chanteuse avec un deuxième titre qui la fait rentrer directement dans la légende musicale des années 80. Elle signe ici le plus gros succès de tourte sa discographie et surtout l'un des plus gros hits Dance de la décennie. MA-GIS-TRAL !

Yazz, de son vrai nom Yasmin Evans, est une chanteuse anglaise qui connaît un premier succès d’envergure en jouant les choristes de luxe en 1988 sur le titre « Doctorin’ the house » du groupe Coldcut.

Une année 88 qui la voit également démarrer en solo et de quelle manière avec le titre « The only way is up ». Enormissime single qui va mettre leu à tous les Dancefloor de la planète cette année là et qui restera comme le plus gros succès de toute sa discographie. Suivi de peu de « Stand up for your love rights » qui va connaître, lui aussi, un joli parcours planétaire.

Deux singles extrait de son premier album « Wanted » qui sort également en 1988. Album qui va produire deux nouveaux top hits en 1989 avec « Where has all the love gone » mais aussi, et surtout », l’excellent « Fine time ».

Nouveau succès notoire en 1990 avec le single « Treat me good ». Singles qui sera – déjà - son dernier d’envergure. D’autres titres sortiront par la suite mais sans rencontrer le même niveau de succès.

Une carrière qui tournera court, d’une part à cause d’une dépendance à l’alcool de plus en plus forte et d’autre part, par une remise en question personnelle totale qui la portera vers une voie spirituelle totalement incompatible avec son ancienne vie.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

Doctorin’ the house1988

The only way is up 1988

Stand up for your love rights 1988

Fine time 1989

Where Has All the Love Gone 1989

Treat me good 1990

One true woman 1992

How long 1993

Have mercy 1994

Everybody's got to learn sometime 1994

Good thing going 1996

Never can say goodbye 1997

Abandon me 1998

GEORGE KRANZ  DIN DAA DAA

Très peu d’infos concernant George Kranz hormis le fait que c’est un chanteur allemand.

Chanteur allemand qui restera principalement dans l’histoire musicale des années 80 pour l’énormissime titre « Din daa daa » sorti en 1984.

Single qui va mettre littéralement le feu à tous les Dancefloor de la planète cette année et qui restera incontestablement comme l’un des plus gros Hits Dance de la décennie 80.

1983...il aura suffit d'un titre, CE titre, pour que le chanteur obtienne son ticket direct pour la postérité. Il signe ici tout simplement l'un des plus énormissimines titre Dance de la décennie, si ce n'est de cette fin de XXième siècle. Un titre totalement barré mais à l’efficacité redoutable côté Dancefloor. 

 

MILLI VANILLI  GIRL YOU KNOW IT'S TRUE

Milli Vanilli est un duo allemand formé en 1988 par le producteur Frank Farian, de son vrai nom Franz Reuther, le même Farian qui quelques années plus tôt produisit un petit groupe du nom de…Boney M !

Milli Vanilli est composé de Fabrice ‘Fab’ Morvan d’origine française et Robert ‘Rob’ Pilatus lui d’origine allemande. Un duo qui restera dans l’histoire d’une part pour la qualité des singles produits. Mais aussi, et surtout, pour l’énorme scandale dont ils feront l’objet suite à la révélation du fait qu’ils ne sont pas les vrais chanteurs des titres. Les vrais chanteurs étant en vérité Charles Saw, John Davis et Brad Howell.

A l’origine, Pilatus démarre sa carrière artistique en jouant les apprentis mannequins tout en jouant les apprentis chanteurs notamment avec un groupe nommé Wind, groupe qui participe au Concours de l’Eurovision en 1987. Morvan quant à lui ne joue que les apprentis mannequins et c’est dans un club de Munich que les deux compères vont croiser leur destin pour la première fois.

Une rencontre qui les voit s’unir dans un premier temps au sein du groupe Empire Bizarre, groupe éphémère qui ne produira qu’un seul titre « Dansez » en 1988. Mais cela suffit à ce que Farian les remarque et voit en eux un potentiel évident pour le futur duo qu’il veut monter.

Leur premier album estampillé Milli Vanilli « All or nothing » (album qui sortira sous le nom « Girl you know it’s true » notamment en Amérique du Nord) sort la même année et pour un premier essai, c’est un véritable coup de maître. L’album fait un véritable carton planétaire et propulse de façon fracassante les 2 vrais/faux chanteurs à une hauteur de renommée qu’ils n’auraient jamais pu imaginer.

Notamment grâce à un premier single « Girl you know it’s true », single qui restera incontestablement comme l’un des plus gros hits de cette année là et de la décennie tout court. Mais l’album ne va produire qu’un seul méga hit mais cinq !

Vont suivre « Baby don’t forget my number », « Blame it on the rain » mais aussi, et surtout, l’énormissime « Girl I’m gonna miss you », plus gros succès de toute leur – courte – discographie. Le groupe est alors l’un des plus gros phénomènes planétaires du moment.

L’année 1990 voit la sortie du cinquième single de l’album à savoir « All or nothing » et l’enregistrement du nouvel album « The moment of truth ». Mais les choses se gâtent lorsque les 2 compères réclament à Farian de chanter pour de bon, chose qu’il refuse. Non seulement il refuse mais de surcroît il se voit contraint de révéler au monde entier la supercherie concernant ses deux poulains. Une supercherie qu’il avait déjà pratiqué et rodé quelques années auparavant avec le chanteur des Boney M…

L’effet est dévastateur et stoppe net l’ascencion fulgurante du groupe. Groupe qui sortira un dernier titre « Keep on running » en 1991 avant de tirer définitivement sa révérence. Mettant ainsi fin à l’un de plus gros scandales que le monde musical ait connu en cette fin de XXième siècle…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

Girl you know it’s true 1988

Baby don’t forget my number 1988

Blame it on the rain 1989

Girl I’m gonna miss you 1989

All or nothing 1990

Keep on running 1990

We can get it on 1993 (Rob & Fab)

LES RITA MITSOUKO & THE SPARKS

1988...le duo barj ! Quand 2 poids lourds de la barjitude se rencontrent, ça donne ce genre de résultat...barj....forcément !

Tout démarre en 1979, quand Catherine Ringer, chanteuse et actrice à ses heures dans des films pornographiques, a la bonne idée de croiser Fredéric Chichin, musicien de son état, sur la comédie musicale « Flash rouge ».

Ils commencent à se produire en compagnie de la danseuse argentine Marcia Moretto, la fameuse Marcia de la désormais cultissime chanson « Marcia Baila », danseuse qui mourra malheureusement des suites d’un cancer.

Le duo prend de l’ampleur à partir de 1982 et se produit sur diverses scènes, la plupart liées au rock alternatif, avec des reprises et quelques compositions originales.

Et ils attirent tout de suite l’attention par leur côté « décalé ».

Le nom de « Rita Mitsouko » vient pour partie de leur référence constante à la musique sud américaine, mais également en référence à l’actrice Rita Hayworth.

Et c’est seulement en 1985 qu’ils prendront le nom « Les Rita Mitsouko ».

Année 1985 qui verra ce duo désormais mythique rentrer au Panthéon musicale français grâce au titre « Marcia Baila », single qui sera à lui seul l’un des plus gros évènements culturels et médiatiques de l’année.

Suivront d’autres singles de qualité comme « Andy », « C’est comme ça », « Le petit train »… titres boostés par la réalisation de clips made in Jean Baptiste Mondino.

Plusieurs années fastes suivront et 1988 verra Catherine Ringer au summum de ses possibilités au travers de son magnifique duo avec Marc Lavoine sur le single « Qu’est-ce que t’es belle ».

Malheureusement, le groupe s’essoufflera progressivement dans les années qui suivent sans jamais retrouver l’inspiration de leurs débuts.

Et la belle aventure prendra définitivement fin en 2007 avec la mort de Fred Chichin.

Discographie (entre autres...) :

• Don’t forget the nite 1984

• Restez avec moi 1984

• Martia Baila 1985

• Andy 1986

• C’est comme ça 1986

• Les histories d’A 1986

• Un soir, un chien 1987

• Qu’est-ce que t’es belle 1987

• Singing in the shower 1988

• Le petit train 1989

• Tongue dance 1990

• Hip kit 1990

• Y'a d'la haine 1993

• Les amants 1994

• Femme d'affaires 1994

A CAUS' DES GARCONS

A Cause des Garçons est un duo féminin formé de Laurence Heller et d’Hélène Bérard.

Ce sympathique duo n’aura pas produit grande chose hormis le désormais mythique « A cause des garçons », single composé en 1987 par une pointure de l’époque à savoir…Alain Chamfort.

Le clip réalisé par Gérard Pullicino, ainsi que la pochette et la photo réalisées par Jean Baptiste Mondino auront grandement contribué à la réussite de ce titre made in France.

2 autres singles sortiront par la suite sans connaitre le même succès, « Faire les voyous » en 1988 qui passera inaperçu et « Pas envie d’expliquer » en 1989 qui lui par contre connaitra un honnête succès d’estime.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

• A cause des garçons 1987

• Faire les voyous 1988

• Pas envie d’expliquer 1989

JEANNE MAS  JOHNNY JOHNNY

Jeanne Mas, d’origine espagnole, arrive à Paris à 18 ans pour y suivre des cours de langue.

Elle en profite pour suivre également des cours de danse, de chant et de piano.

Parenthèse vite tournée car elle part 1 an plus tard en Italie, y monte un groupe punk, sort un premier titre « On the moon », fait de la télé et joue la comédienne.

C’est en 1983 que les choses s’accélèrent lorsqu’elle signe avec EMI-Pathé Marconi, mais c’est surtout en 1984 que la France va découvrir, médusée, cette chanteuse au look improbable grâce au désormais culte « Toute première fois » qu’elle a elle-même écrit.

L’année 1985 voit la sortie de « Johnny, Johnny », single phare qui va accrocher la 1ère place du Top 50.

Dans la foulée sort son 1er album, dont elle signe tous les textes et auquel participe un certain …Daniel Balavoine.

Suivent 2 Victoires de la Musique.

La chanteuse se permet même le luxe de refuser un titre qu’on lui propose, titre devenu aujourd’hui culte, un certain « Ouragan »… Stéphanie de Monaco peut lui dire merci !

Sort en 1986 le 2ème album dont seront tirés « En rouge et Noir » et « Sauvez moi ».

Elle peut se vanter cette année-là d’être la 1ère artiste à être simultanément en tête du Top 50 et du Top Albums en juillet 86, rien que ça.

Elle entame alors une pause qui va durer…3 ans. Notamment pour cause de grossesse.

Elle revient en 1989 avec l’album « Les crises de l’âme » qui ne connaitra pas le succès colossal des précédents.

La période d’arrêt a été trop longue, le déclin est irrémédiablement amorcé, sortiront d’autres albums qui ne connaitront qu’un succès d’estime.

Mais l’on se rappellera pendant longtemps de ce look androgino-gothique et de cette gestuelle sur scène unique qui ont fait d’elle une des figues phare de la décennie 80.

Discographie (entre autres...) :

• On the moon 1978

• Toute Première fois 1984

• Johnny Johnny 1985

• Cœur en stéréo 1985

• En rouge et noir 1986

• Femmes d'aujourd'hui 1986

• L'enfant 1986

• Sauvez moi 1986

• La bête libre 1987

• Y'a des bons 1989

• Les crises de l'âme 1989

• J'accuse 1989

• Carolyne 1989

• Bébé rock 1990

• Shakespeare 1991

• Angela (L'art des femmes) 1991

• Au nom des rois 1992

• Dors bien Margot 1992

• Aime moi 1993

• C'est pas normal 1994

• Côté H côté clean 1996

• Anna 1997

THE B'52's

1978...les débuts 100 % psychédéliques. Le Son, le look, les décors, So Kitsch ! Un style absolument unique et qui promet une suite forcément unique !

 

B-52’S est un groupe américain originaire d’Athens fondé à la fin des années 70 par Fred Schneider, Ricky Wilson et Keith Strickland.

Le nom B-52’S, qui est le nom d’avions bombardiers américains fait en vérité référence à l’expression argotique sud-américaine qui désignerait en vérité les choucroutes capillaires qu’arborent les chanteuses Kate Pierson et Cindy Wilson.

Leur premier single « Rock lobtser » sort en 1978 sans réel succès.

Mais c’est en 1979 que tout démarre réellement avec la sortie de leur premier album qui contient notamment un titre qui va devenir un hit planétaire et devenir culte à savoir « Planet Claire », single à la sonorité psychadélo-angoissante.

Sort en 1980 l’album « Wild planet » qui connait un succès certain.

Ce qui n’est pas le cas de l’’album « Mesopotamia » sorti en 1982.

1983 va être une année charnière et de reprise en main avec la sortie de l’excellent album « Whammy » qui fait la part belle aux sons électroniques.

Deux ans s’écouleront pour voir la sortie de l’album « Bouncing off the satellites », aux mélodies et sonorités particulièrement travaillées et abouties.

Malheureusement, Ricky Wilson meurt du SIDA en 1985 et le groupe est incapable de faire la promotion de l’album dans de telles conditions.

Suivront plusieurs années de repli forcé.

Avant de revenir en force en 1989 avec l’album « Cosmic Thing » qui reste à ce jour leur plus gros succès commercial.

Album qui contient notamment le hit planétaire « Love Shack ».

Hormis une apparition remarquée de Kate Pierson au côté du groupe REM en 1991 sur le désormais single culte « Shiny happy people », le groupe ne retrouvera plus le même élan les années suivantes.

Discographie (entre autres...) :

• Rock lobster 1978

• Planet Claire 1979

• Private Idaho 1980

• Give me back my man 1980

• Legal tender 1983

• Wammy kiss 1983

• Song for a future generation 1983

• Ain’t it a shame 1986

• Summer of love 1986

• Girl from ipanema 1986

• She brakes for rainbow 1986

• Love shack 1989

• Roam 1990

• Deadbeat club 1990

• Shiny happy people (with REM) 1991

• Good stuff 1992

• (Meet) The Flinstones 1994

RAFT  YAKA DANSE

Raft est un groupe français crée en 1985 à Strasbourg par Christian Fougeron et Pierre Schott. Deux compères qui commencent par créer en 1983 The Drinks, groupe qui va connaître un joli succès d’estime dans tout l’Est de la France.

L’aventure Raft démarre donc deux ans plus tard avec la sortie de l’album « It’s growing light », un premier album qui va malheureusement passer quelque peu inaperçu. Tout comme le single Io (C’est ça) » dont il est extrait.

Il va leur falloir attendre l’année 1987 pour voir enfin leurs efforts récompensés grâce à la sortie d’un petit single nommé « Yaka dansé ». Un single qui va faire un véritable carton dans l’héxagone et qui va se vendre à près de 600 000 exemplaires. Faisant exploser par la-même la notoriété du groupe du jour au lendemain.

Succès confirmé un an plus tard en 1988 avec le single « Femmes du congo ». Succès moindre certes, mais succès quand même.

L’année 1989 voit la sortie de l’album « Madagascar », album qui sera, déjà, leur dernier. L’album ne connaît qu’un succès somme toute limité, précipitant la chute du groupe qui finira par se séparer un an plus tard.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

Confession (The Drinks) 1983

Dancing Tango (The Drinks) 1984

Io (C’est ça) 1985

It’s Growing light 1985

Yaka danse 1987

Femmes du congo 1988

Sea, sun and sensy 1989

Didididam 1989

Debout gazelles 1989